- André Jolivet en son et en couleurs :
« Plaisir de jeter un pont entre musique et peinture, de pousser la porte vers les domaines intérieurs du compositeur André Jolivet.
L'élève de Varèse et compagnon de Messiaen aurait juste cent ans. Sa musique aux dimensions cosmiques,
particulièrement les six Incantations et les cinq Ascèses ont provoqué à L'Embarcadère des résonances magiques
entre les flûtes colorées de José-Daniel Castellon et les contre-points d'une peinture solidement rythmée,
celle de son épouse, Françoise Castellon.
Le succès public dit bien l'intérêt de telles confrontations. »
Philippe Andriot – Le tout Lyon en Rhône-Alpes- 23 décembre 2005. 


- Emission « Persona Grata » produite par Muriel Martin le 8 septembre 2009           
à l'occasion de l'exposition de Françoise Castellon  à la Galerie Mary Ann. 
Interview sur RCF 71 


- BASA 2011 : Participation à l'émission "Question d'Actu" sur RCF Lyon : 
Emission présentée par Jean-Christophe Galeazzi, le 26 septembre 2011.
"La huitième biennale d'art sacré actuel a commencé; plus de 30 artistes exposeront des oeuvres
pour représenter le Souffle, le thème choisi pour l'événement de cette année. "L'art sacré, c'est quoi?"
Le directeur de la biennale, Père Michel Durand, Françoise Castellon, artiste peintre et  Danielle
Bonnetin, artiste sculpteur à la Biennale d'art sacré actuel nous aident à élucider la question."


- "Quand la musique se regarde et que la peinture s'écoute"  
Original vernissage, jeudi dernier, à la médiathèque.
Deux beaux-arts s'y mariaient, comme le sont dans la vie Françoise et José-Daniel Castellon. Elle est peintre, il est flûtiste.
Devant une cinquantaine de personnes prises sous un double charme, il a interprété des pièces modernes ou classiques
au milieu des toiles qu'elle expose durant ces mois de janvier et février.
Françoise Castellon, peintre abstrait, explique sa démarche : "Je commence par étudier une oeuvre choisie d'un compositeur.
J'explore sa musique pour comprendre ce qu'il a voulu exprimer. Puis je peins, tout en écoutant cette musique".
Elle trouve aussi l'inspiration de ses huiles dans des écrits spirituels (textes sacrés, poètes ou exégètes ...),
comme dans des rencontres ou dans des lieux qu'elle ressent comme empreints de profondeur...
Elle expose ainsi une oeuvre que Jean-Jacques Margaine, délégué aux associations culturelles qui accueillait le couple d'artistes
au nom de la municipalité, a résumée en trois mots : "Luminosité, intensité, chaleur".
Jean Desfonds - Le Progrès/Lyon, 25 janvier 2015